Les Créations fantasmées de Pascal Monteil.


Pascal Monteil - Galerie Régala - Crédit photo: @charlotte_filippin
Pascal Monteil - Galerie Régala - Crédit photo: @charlotte_filippin

 

Il y a des hommes qui réussissent à exaucer leurs rêves par la passion de leur art et la force de leur travail. Perché sur la terrasse qui lui sert d'atelier, Pascal Monteil brode pieds nus, confortablement installé, inlassablement il guide son aiguille et son fils par d'amples et réguliers mouvements répétitifs, il aime dire que : l’aiguille est son pinceau...

Ses tapisseries comme les pantins de chiffons présentés à la Galerie Régala (jusqu'au 10 juin) sont le fruit d'un scénario, d'une épopée, où des personnages littéraires et historiques croisent sa mythologie personnelle.

Les pantins de Pascal Monteil évoquent toutes les nuances de l’espèce humaine. Désarticulés, couturés, masqués et fardés, grandeurs nature, suspendus côte à côte comme des marionnettes, ils forment une foule échappée de ses tapisseries brodées sur du chanvre dans lesquels cohabitent ses figures poétiques.


« Mon Dieu-Mon Dieu, dans quel monde m’as-tu jeté !» pourrait être n’importe quel réfugié sur les routes de l’histoire. C’est un groupe d’exilés du Moyen-Orient… Sur leurs visages et leurs corps sont brodés les stigmates de leurs vies. Chacun incarne les vertus et les vices de l’existence.

Galerie Régala : du 15 avril au 10 juin

« Mon Dieu-Mon Dieu, dans quel monde m’as-tu jeté ! »


Crédit photo: @charlotte_filippin



Quant à sa dernière œuvre "Le Banquet" une référence biblique des Noces de Cana, brodée sur une très ancienne nappe de vendange de 3m60 sur 1m30, les tonalités de la laine de mérinos, aux nuances douces et naturelles, donnent une profondeur à nulle autre pareil à cette scène qui se déroule en automne en Géorgie, que Pascal a mis une année entière à achever.



Il a contacté pour cette commande privée Lola Vestreben, une sorcière ou une magicienne des teintures naturelles qui lui a concocté des couleurs, élaborées à l'aide de racines, herbes, épluchures dites grand teint (qui perdurent dans le temps, sans s'altérer à la lumière).

Chaque détail de la tapisserie est une épopée, la pastorale pour la laine de mérinos, le repas traité comme une nature morte, les personnages autour du Banquet (en partant de droite) : Emilie Flöge et Judas, Neal Cassady et Médée, Leonor Fini et Sergei Parajanov, Philip K Dick et Sei Shonagon, un petit trompettiste, un Pierrot africain, et Friedrich Hundertwasser.

En face sur la chaise de Van Gogh : Fernando Pessoa... celui qui est ivre : Jack Kerouac.


Avec les créations fantasmés de Pascal Monteil, le soleil va décidément briller tout l’été à ARLES.



Retour, sur le post et "Bla- Bla d'Arles" de Pascal Monteil enregistré en Juin 2020.

Nous le rencontrions au centre de ses sublimes tapisseries pour la première fois dans son écrin fétiche, à la Galerie Régala. Un podcast à écouter (ICI) ou sur Spotify


 





Posts récents

Voir tout