Luc Long - Archéologue sous-marin


Luc Long . Achéologue sous-marin .
Luc Long . Achéologue sous-marin .

Luc long est né à Marseille, il est arrivé à Arles, sa ville d'adoption, à l'âge de 16 ans.

C'est maintenant un spécialiste en archéologie sous-marine et des épaves antiques. Conservateur en chef du patrimoine, chercheur rattaché au CNRS et membre de l’Académie des Sciences, lettres et Arts de Marseille.

Il a découvert dans les eaux troubles et tourmentées du Rhône en 2007, le buste de César, dans un dépotoir statuaire, l’épave du chaland Arles-Rhône 3 et plus récemment le fabuleux trésor, dit "Arles-Rhône 24" qui fait maintenant régulièrement la "une" des journaux nationaux. Luc est un plongeur-archéologue passionné et passionnant…


il se livre en toute simplicité à l'exercice d'un "Bla-Bla d'Arles" où il précise qu'après les premières découvertes, il a compris qu'il passerait sa vie dans ce bouillon de culture dont on remonte avec des otites et des infections ... On y parle évidement d'antiquités sous-marines, de pirates, mais aussi de la sortie de son dernier livre "Camargue Maritime - d'Artemis à Baroncelli" publié aux éditions Georges NAEF, : Vingt-six siècles de navigation en Camargue, sur les traces des épaves et d’un port antique au large des Saintes-Marie-de-la-Mer, dont les premières fouilles commencent en 1981.


Un podcast en partenariat avec Soleil FM* À écouter (ICI ) sur Spotify , Apple podcast

Collab' @Lauredarles X @Mcamois

Réalisation: @Laured'arles

Crédit Photo: Luc long

À l'époque romaine Arles est une ville majeure. La cité était au IVe siècle, l'un des tous premiers ports de l'empire, un ascenseur de richesses où transitent les marchandises, les matières premières de tout le bassin méditerranéen, mais aussi des voyageurs et des militaires remontant vers le Nord et la capitale impériale située à Trèves, en Germanie romaine. Bref, un carrefour commercial entre la méditerranée et l'Europe du Nord.

La navigation sur le fleuve roi est dense à cette époque, des chalands lourdement chargés circulent sur le Rhône. Seulement, quelques fois ces navires coulent avec toute leur cargaison, celle-ci restant enfouie au fond des flots durant des centaines d'années, attendant patiemment d’être découverte....


C'est en 2007 qu'un plongeur de l'équipe de Luc Long a exhumé, des profondeurs limoneuses du Rhône, le fameux et célèbre buste en marbre de Jules César. Dix-sept siècles que le légendaire imperator dormait enfoui en son lit.

Puis, le 11 octobre 2018, sur la rive gauche du Rhône, au cours d'une mission de cartographie, un homme-grenouille repère à 15 mètres de profondeur, les vestiges d'une barge à fond plat baptisée "Arles- Rhône 24", en référence aux 23 épaves que le groupe de Luc Long a déjà repêchées, parmi lesquelles, la N°3 est exposée au Musée départemental d'Arles.

Le chargement précieux de l'épave est ce que les archéologues appellent un trésor de circulation, en comparaison avec les trésors cachés volontairement.

Elle est unique en son genre. Il sera remonté 4 lingots de cuivre sur les 500 visibles, 13 d'argent, un médaillon en or à l'effigie de Constantin II, une boucle de ceinturon du même métal, des médailles d’argent, un millier de monnaies de bronze ainsi que divers objets datant du IVe siècle... comme ces tuiles collées à la résine qui devaient servir à de lest pour stabiliser le navire...


L'hypothèse la plus probable est que ce précieux chargement était destiné à l'un des trois ateliers monétaires de la ville d’Arles pour la refonte, pour la commande du nouvel l’empereur romain Constant Ier, qui succède à son frère Constantin II, en 340, après une lutte pour le pouvoir.


Les recherches sont au point mort, mais la suite s'annonce prometteuse, tout reste à découvrir !!!


crédit photo & Video : Luc Long












Posts récents

Voir tout